QU'EST CE QUE LA DOULEUR ?

Je pense sincèrement que le yoga nous permet de ressentir toutes nos tensions profondes ou superficielles beaucoup plus rapidement et rapidement qu'avec une autre pratique . Un élève m' a demandé s'il était normal qu'il ressente son nerf sciatique qu'il a mis un an à "guérir" . L'avait il réellement guéri ou juste camouflé ? Le positif est qu'il a continué la pratique avec douceur et la douleur a disparu ou ... il s'est habitué . Mais il se demande quand même si cela est Normal ?

Pourquoi l'expression du corps dans la souffrance est elle mal perçue , avons nous une mauvaise notion de la douleur et des ressentis, pourquoi voulons nous absolument éviter la douleur ? une renaissance ne passe t-elle pas par la souffrance ? Une douleur est une sonnette d'alarme et cache autre chose un peu plus profond et je pense sincèrement que les professeurs de yoga ont tout un travail de rééducation à faire car il n'est ni fait à l' école ni fait par les médecins qui vendent des médicaments .

Le professeur de yoga montre la voie sans l'imposer car à chacun son rythme , l' élève prendra ce qu'il aura à prendre sans qu'on lui inculque une connaissance . Le professeur se doit donc d'être armé d'une grande patience car chaque corps est différent.



tiré de "e-cancer.fr"

Le circuit normal de la douleur : un mécanisme de défense

Le plus souvent, la douleur se déclenche lorsque le corps détecte une anomalie ou un danger venant de l’intérieur ou de l’extérieur : une brûlure, une infection, un corps étranger, un virus, une blessure…

Le circuit de la douleur dans le corps

Cette détection se fait grâce au système nerveux. Le système nerveux est composé de trois parties : les nerfs, la moelle épinière et le cerveau :

les nerfs sont reliés à des récepteurs sensibles à la douleur, les nocicepteurs. Ce mot est la contraction de « nocif » et de « récepteur ». Les nocicepteurs sont présents dans tout l’organisme. Lorsqu’ils repèrent une situation nocive pour l’organisme, ils donnent l’alerte en déclenchant un message douloureux (1). Ce message est ensuite véhiculé par les nerfs (2) jusqu’à la moelle épinière ;
la moelle épinière réceptionne le message douloureux (3), déclenche des réactions de défense si nécessaire (comme retirer sa main en cas de brûlure) et transmet le message de douleur au cerveau ;
le cerveau reçoit, localise et interprète la douleur. C’est à cet instant qu’elle est ressentie : nous avons mal (4).
La douleur a donc une fonction d’alerte et de protection : grâce à elle, nous sommes avertis du danger, nous pouvons nous protéger et nous soigner.