Il faut savoir différencier l'assouplissement, du renforcement et de la coordination des mouvements. Ces 3 buts ne doivent pas être confondus.

Le but de l'assouplissement est la souplesse, retrouver une certaine aisance de mouvements.
Le renforcement peut être utile en cas de faiblesse d'une zone précise.
Les exercices de coordination permettent une mise en jeu d'enchaînements moteurs liés à des actions diverses. Elle améliore l' adresse et la bonne connaissance du corps dans la finesse de son fonctionnement.
L'ASSOUPLISSEMENT

A ne pas confondre avec la laxité qui n'est pas forcément une bonne chose ! La souplesse est le contraire de la raideur.

Ces facteurs souplesse/raideur dépendent de plusieurs choses : L'os, les tissus autour de l' articulation, le muscle.

L'os limite le mouvement par sa conception originelle ainsi que par la forme des surfaces articulaires
Les différents tissus qui constituent l'articulation ( ex. : cartilages ) permettent ou limitent la mobilité. Certains exercices pourront refaire circuler le liquide synovial dans les articulations et limiter l'usure des cartilages. Les autres tissus entourant l'articulation ( ex. : ligaments, capsules ) ne sont que peu élastiques mais permettent les mouvements de l' articulations en elle même. Ils doivent donc être respectés, de plus ils sont innervés et transmettent des informations au cerveau. Si il y a laxité ou si ils sont distendus, l'information arrivera trop tard ( risque d' entorse )
Le muscle peut se contracter ou s'assouplir. Il peut freiner un mouvement si son enveloppe ( L'aponévrose ) est rétrécie ou si les fibres sont trop contractés. Certains muscles ne traversent qu'une articulation et on les étire avec le mouvement inverse et d'autres traversent plusieurs articulations et on les étire en agissant sur chacunes d'entre elles.
ÉTIREMENT SIMPLE

Il s'agit d'éloigner les points d'insertion du muscle à étirer. Ne pas aller jusqu'à la brûlure ou la déchirure ( respecter ce que la structure de l'os vous offre ). L'assouplissement dans cette condition se fera en douceur dans un exercice lent et accompagné du souffle. Un mouvement rapide entraine un rétrécissement réflexe d'auto protection du muscle.

RELÂCHEMENT MUSCULAIRE

Il s'agit de mettre les articulation en "neutre" pour que le muscle puisse relâcher autant que possible.

CONTRACTION/RELÂCHEMENT

Suite à une contraction, il est possible qu'un muscle se relâche. On utilise donc l'instant suivant la contraction sans forcer.

LE RENFORCEMENT

Certains muscles du corps ont parfois besoin cliniquement d'être renforcés pour compenser un os malade. Ici, en yoga, nous préfèrerons soigner l'os que compenser musculairement, ce qui crée des tensions. En cas de laxité par exemple, il est important de renforcer les muscles autour de l'articulation laxe, ainsi nous retrouvons un certain tonus musculaire permettant d'éviter les accidents.

Pour renforcer un muscle, il faut lui offrir une contraction supérieure à la moyenne. Laissez du temps de repos entre les contractions et pensez à oxygéner votre espace. En oxygénant votre corps vous évitez la crampe ou la courbature résultat d'une fatigue ou d'une intoxication du muscle.

Il existe deux types de contractions :

Maintenir un mouvement sans bouger ( ex. : lever et maintenir la jambe levée ). Cet exercice renforce le muscle et ménage les tissus articulaires.
Les contractions dynamiques répétées ( ex. : lever le bras et freiner la descente renforce le deltoïde). Il y a par contre ici friction et peut être compression articulaire, choisissez donc des mouvements lents sans poids.
LA COORDINATION

La coordination des mouvements permet de renforcer la mise en jeu d'un muscle dans certains enchainements. Se réapproprier certaines zones du corps en soulage d'autres. La coordination des mouvements fait appel au muscle dans sa finesse neuromoteur.





Informations tirées du livre de Blandine CALAIS-GERMAIN et Andrée LAMOTTE : ANATOMIE POUR LE MOUVEMENT, Tome 2