LA FORMATION PSYCHOLOGIE DES CHAKRA AVEC SHANKARA

Lorsque je suis en cours face aux personnes et que j’observe : les corps parlent et crient leurs maux. Touchée par cette souffrance je m’intéresse beaucoup à la prévention ainsi qu’aux moyens de l’éviter. Je constate dans ce cursus de professeur de yoga que ce que j’aime est la transmission d’outils pour une plus grande autonomie et une compréhension de soi et de ce qui nous entoure.

Avant que le corps soit affecté, le processus est long, il y a d’abord la cause puis l’autorisation, le développement et le résultat. Agir sur un seul plan n’est pas suffisant. Faire à la place de la personne est inutile.

Les outils du Yoga ont fait leurs preuves et sont une réponse à pas mal de maux du quotidien tant physique que psychologique mais la compréhension de la personne sur qui elle est vraiment n’est pas rapide, il faut de l’engagement, de la persévérance, il faut développer l’intériorité et l’écoute, et cela prend du temps. Face à l’impatience des personnes dans leur mal être, j’ai été amené à réaliser des programmes allant vers un objectif précis, qui pouvait aller de : je veux apprendre la posture sur la tête à je veux savoir gérer mon stress ou je veux trouver de l’estime de moi . Les personnes partent avec un support, une durée, un temps, des exercices et tendent vers leur objectif.

Mais là encore le manque de constance, parfois d’énergie, d’envie, de compréhension ou de résultats rapides m’obligent à penser que l’outil n’est pas adapté à tous.

C’est lorsque Shankara a croisé pour la 2ème fois ma route que j’ai vu en lui une compréhension de ce monde tellement vaste et j’ai choisi de m’ouvrir à son enseignement ; jusqu’alors mon apprentissage depuis le TTC au Ashram Swami Vishnu Devananda de Val Morin était plutôt empirique.

Lors de la formation « psychologie des Chakra » nous avons pu voir qu’Il y avait de grands avantages à comprendre le mental, la psyché, depuis la connaissance du monde astral/énergétique. Shankara nous a expliqué et nous avons ensuite pu le constater avec la pratique que la personnalité de l’individu, ses déséquilibres et ses pathologies psychiques ont une anatomie au niveau énergétique.

 

Nous avons donc appris durant une année à comprendre et déchiffrer la psyché depuis l’astral/l’énergétique et mettre en lien les causes et les symptômes.

 

Shankara nous dit que selon la connaissance yogique de l’Inde, la compréhension du monde astral implique deux connaissances :

 

l’humain est fait avec un corps, une tête et une âme.

Le corps appartient au monde physique, la tête appartient au monde astral et l’âme au monde causal.

 

→ pour comprendre les mécanismes de la pathologie et donc de la prévention, il faut prendre en compte dans l’étude de la personne ces 4 niveaux :

 

- le niveau karmique qui est toujours la cause de la pathologie.

- le niveau psychosomatique qui est l’autorisation pour que cette pathologie s’installe, l’idée restrictive qui favorise le déséquilibre.

- le niveau énergétique et comportemental, qui lui est le mécanisme, la manière avec laquelle la pathologie se développe.

- le niveau symptomatique et physique qui est le résultat, les symptômes (lorsque le blocage est installé depuis un certain temps).

 

Ces quatre niveaux apparaissent à des degrés différents pour chaque problématique ou pathologie, et d’une personne à l’autre.

 

Afin de pouvoir faire les liens entre les 4 plans, une compréhension de l’interaction des 3 corps ou enveloppes est nécessaire, un bon ressenti ou intuition (développer buddhi et réduire manas ) est très utile. Les différents diagnostics menant à l’analyse finale sont possibles grâce aux connaissances suivantes :

  •          Utilisation d’un pendule
  •          Connaitre les différents Chakra sur un point de vue Psychologique
  •          Connaissance de base de la numérologie Kabbalistique humaniste)
  •          Avoir des notions sur l’aspect psychosomatique du corps humain.
  •          D’autres connaissances dans le domaine de l’expérience humaine sont utiles comme la méditation, le yoga, la psychologie, la philosophie, la naturopathie etc.

 

En sachant reconnaitre les forces et tendances karmiques en présence /OUTIL :  numérologie

En mesurant les blocages et déséquilibres directement depuis les chakras /OUTILS : méditation et pendule

En comprenant les problématiques pour agir sur ces blocages et déséquilibres qui sont à l’origine de ces problématiques mêmes / OUTILS : la psychologie de chakra ,

nous avons pu apprendre à établir un diagnostic psychologique clair et précis d’une personne et lui proposer des outils pertinents à mettre en place dans le quotidien afin d’initier le changement, participer à sa propre amélioration, aller vers un mieux-être et donc moins de souffrance.

 

LE PENDULE

 

Le pendule doit être reçu ou choisi afin d’effectuer un travail psychologique (nécessitant peu de nettoyage) sur une personne. Il est léger et réactif. Il est ensuite préférable de ne faire que ce travail avec ce pendule et de le maintenir à l’abris de perturbations énergétiques.

La prise en main du pendule se fait à l’aide de différents exercices, par exemple avec un jeu de carte, et l’on passe aux différents mouvements sur les personnes après la phase de « rodage ».

Il s’agit donc ensuite de repérer et d’apprendre la signification de chaque mouvement du pendule ainsi que la localisation sur le corps des 12 chakra . Le pendule nous donne également le degré d’ouverture d’un chakra , ce qui correspond à la quantité d’informations reçue par ce centre.

 

La méditation ou au moins l’intériorité facilitent l’utilisation du pendule car l’état neutre ( l’ arrêt des fluctuations du mental ) est absolument nécessaire pour ne pas influencer le mouvement.

 

La lecture est directe, elle n’est ni interprétée ni analysée et mène à une partie du diagnostic final. La compréhension énergétique est en mouvement permanent donc facilement interchangeable.

La PSYCHOLOGIE DES CHAKRA

 

La connaissance vient avec la pratique et le fait de passer un mois à travailler chaque chakra nous révèle certaines informations. En effet l’étude de l’objet amène la connaissance scientifique.

 

Le fascicule de base de SHANKARA synthétisé après des années de travail, nous a permis d’avoir une base solide. Etant à la fois le sujet et l’objet, la connaissance psychologique s’acquière aussi avec l’expérience. Ce travail empirique ainsi que théorique, ajoutés aux connaissances transversales déjà acquises, nous ont permis de rédiger un fascicule plus personnalisé.

Il comprend pour chaque chakra sa localisation, son principe fondamental, l’objectif, la cause d’inhibition, le niveau psychologique, les problèmes physiques et psychologiques causés par un dysfonctionnement, les équivalences vibrationnelles pouvant servir d’outils et parfois même de compensations naturelles, les outils afin de remédier aux dysfonctionnements. Les outils peuvent être physiques (postures de yoga ou exercices physique), comportementaux, certains agissent sur les synapses du cerveau : comme les autosuggestions ou visualisations. L’alimentation, la nature, la respiration, la philosophie … sont également des outils utilisés.

 

 

LA NUMEROLOGIE KABBALISTIQUE HUMANISTE (inspirée par COQUATRIX Martine )

 

Cette science accompagne l’homme à partir du moment où il est conscient de lui -même et commence à chercher dans le monde des réponses aux inconnues qui l’entourent.

 

Un des moyens de connaissance est la transmission du maitre à l’élève, il ne s’agit pas d’interpréter mais parfois de compléter grâce aux diverses lectures. La signification de chaque chiffre (maison), la méthode de lecture, et les caractéristiques karmiques nous ont été transmises donc par Shankara ainsi que le potentiel, la loi et le piège de chaque chiffre.

Chaque caractéristiques, devoirs karmiques et chemin de vie peuvent déclencher une inhibition d’un droit naturel, il est donc nécessaire de les identifier et d’éviter toutes souffrances.

Ce diagnostic est le GPS pour la vie, il ne s’agit pas tant de travail à faire mais de choix selon chaque bifurcation que la vie nous offre.  

 

L’ASPECT PSYCHOSOMATIQUE

Le livre de Jacques MARTEL , le grand dictionnaire des malaises et maladies, est un support d’ analyse afin de ne pas se perdre car le domaine est vaste !

 

Ces diverses connaissances misent en lien grâce à une méthode rodée permettre le diagnostic final puis la transmission du support papier à la personne qui est autorisée à enregistrer la consultation. Nous avons donc eu l’occasion de mettre en œuvre tout ceci avec une personne « cobaye » : les liens ne sont pas toujours simples à faire, ni toujours spontanés ; les connaissances théoriques en un an ne sont pas toujours acquises mais avec le temps, nous avons une vue plus vaste de la compréhension humaine. Cet apprentissage nous apprend l’humilité, la compréhension de l’évolution dans ce monde : nous ne naissons pas tous égaux sur le plan karmique. Il se créé un lien direct avec deux âmes en quête de sens : c’est une pratique du discernement, du non-jugement, de l’écoute, de l’ego, ne pas influencer, de méditation, de partager et de transmission ….

    Être un canal de vie.

Voilà pourquoi je n’utilise pas le mot thérapeute, je ne me sens qu’une intermédiaire entre l’univers et la personne.

Il y a un rapport au tout avec la connaissance philosophique, puis un accès à la sagesse avec la plus haute des connaissances : la connaissance spirituelle.

 

REMERCIEMENTS

Je remercie l’univers d’avoir mis Shankara une 2ème fois sur ma route et swami Sivananda d’avoir été là pour nous guider.

Je remercie Shankara qui a eu la gentillesse de bien vouloir accepter notre demande de formation. Je le remercie aussi car c’est grâce a son travail et sa synthèse que cela a été possible.

Je remercie Vanessa qui a formé notre duo d’apprentissage, notre groupe de formation N°1, pendant ces 14 mois, c’est un plaisir de travailler avec elle !