Si l'on veut aborder ce sujet , soyons clairs :

Comment pratiquer lorsqu'on est blessé, et est ce que l'on peut pratiquer en étant blessé ?
Peut on se blesser en faisant sa pratique ? N'est ce pas qu'un problème d' Ego ?
Comment éviter la blessure ?

Nombreux sont les gens ou même les médecins, pensant que le yoga peut "guérir" et qu'étant blessé la pratique est toujours possible . Biensûr c'est une réalité mais il y a YOGA et Yoga. Dans la pratique des Yoga dits "dynamiques" ou bien musclés, continuer à pratiquer blessé risquerai de ralentir la guérison. Une zone malade a besoin d'écoute mais a surtout besoin de repos. La pratique en cas de blessure donc demande du tact et de l' écoute. Pour obtenir l' écoute du corps et le tact il faut parfois des années de pratique.

Il est donc très important que votre professeur soit au courant de votre problème afin de pouvoir vous orienter. Une chose est certaine, il ne faudra jamais forcer sur la zone amoindrit dans le but de la renforcer ou de la guérir plus vite.

Etant blessé, une pratique en cours particulier aura l' avantage d'être ciblée, il est parfois difficile en cours collectif de faire le choix de ne pas faire une posture.

Le cours idéal serait donc de pouvoir s'installer dans la zone malade sans violence et d'amener son attention sur cette zone. Ceci est possible uniquement si la posture est stable et confortable. Il ne s'agit donc pas de choisir des postures avancées et de se challenger.

J'ai eu l' expérience de voir des pratiquants se blesser durant un cours. Parfois uniquement de la malchance : tomber durant une posture d' équilibre et se faire mal à cause de la chute . Mais également à cause de l' Ego, cette volonté à vouloir aller plus loin dans une posture alors que la structure ne l' autorise pas. Il est impossible de faire une posture en forçant, ce n'est pas gràce au mental que l'on aboutit mais bien gràce à la disponibilité du corps. Il est important donc de savoir et de pouvoir l' écouter, de prendre ce qu'il offre en respectant ses limites.

C'est gràce à une pratique régulière que le corps se libère et que les postures deviennent accessibles. Et si une posture n'est pas faisable car le genou n'est pas prêt , il faudra peut être travailler en amont la hanche ou la cheville pour que le genou se libère. Le travail n' est pas toujours aussi simple et il est important de voir le corps dans sa totalité non pas morcelé.

Un autre exemple de blessure durant une pratique : M. X a eu une opération au niveau des lombaires, ce qui occasionne une certaine rigidité dans cette zone. Il en est bien conscient et décide de commencer le yoga avec sa femme qui elle est en pleine forme. Durant les cours ils sont côte à côte et même si le professeur répète sans cesse qu'il ne faut pas forcer dans une posture et que chacun doit accepter ses propre limites, M. X voit sa femme et a tendance à vouloir faire les même ajustements. La partie lombaire étant figée, dans une torsion, il a voulu absolument poser son épaule au sol et s'est fait une petite déchirure à l' épaule . Biensûr c'est à cause des lombaires mais c'est aussi à cause de l' EGO. Il est important de se rendre compte des compensations du corps afin d'éviter la blessure.

Une posture répétée avec un mauvais alignement peut aussi être fatale. Il est important de sentir l'alignement bien fait ou d' écouter les consignes du professeur. Une posture se vit et elle s'ajuste en fonction des relâchements qui s'éffectuent. Si vous précisez la posture alors que les premières tensions ne sont pas relâchées, vous n'allez qu'en ajouter.

Plus les tensions se relâchent et plus le squelette s'ajuste. Cela peut prendre quelques minutes ou quelques années en fonction de la profondeur de ces tensions.

Le yoga dynamique est pour moi un yoga de corps libre et déjà nettoyé par une pratique plus douce.

Donc afin de ne pas se blesser, apprenez à vous écouter et respectez vos limites !