Jaicke, responsable d'un jardin partagé, Saint-Martin (Antilles)

Ce qui m'a amenée au yoga, c'est le petit resto végétarien situé sous la salle de yoga. J'ai découvert le yoga à 20 ans et j'ai abandonné rapidement. L'attention portée sur l'inspire et l'expire m'agaçait et m'empêchait d'apprécier le reste. Je me suis tournée vers d'autres techniques corporelles plus occidentales.
Et à 40 ans, ma route a croisé celle d'une prof très sympa qui offrait des séances en plein air le samedi. Le reste de la semaine, elle travaillait dans une salle où les cours étaient payants, c'était sa contribution à faire connaître le yoga, son service à la communauté.

Le lieu où elle pratiquait le samedi était superbe... un petit morne au sommet duquel avait été construit un carbet inutilisé. Avant de pratiquer, il fallait d'abord monter...s'élever !

Généralement, on ne s'attendait pas au pied du morne, on montait dans le silence du lieu, et arrivé au sommet, on avait une vue époustouflante sur le lagon au petit matin. Rien qu'avec cette vue, on était déjà en méditation, même si à l'époque je ne le comprenais pas.
De là-haut on observait la vie, de loin, et les sons qui nous parvenaient étaient étouffés, lointains.
Je pense que c'est plus le lieu que le yoga qui m'a attirée...
Puis j'ai apprécié la prof, la technique, différente, plus basée sur les ressentis. J'ai commencé à avoir des visions. Et j'ai entamé une pratique régulière. Tous les samedis matins, même quand j'étais sortie le vendredi ! La montée du morne, la vue, l'accueil de la prof et les échanges de bons plans après le cours : j'étais accro ! J'essayais de pratiquer chez moi, pendant la semaine mais je bloquais toujours sur la respiration.
Un jour le carbet est devenu trop petit, vu le succès de ce cours, on a déménagé sur la plage.
Une copine a décidé qu'il n'y avait rien de gratuit dans la vie, elle a donc amené une caisse et nous a donné un tarif avec ce qu'elle nous suggérait d'y mettre.
Je ne sais pas ce qui a cassé la magie. Mais en même temps j'avais déménagé et j'ai perdu l'habitude d'y aller. Plus de cours, plus de pratique. Le yoga était trop neuf dans ma vie pour que je puisse pratiquer seule.
Quelques tentatives avec une prof - trop acrobatique - puis une autre - trop léger- puis un troisième d'où je suis sortie bloquée m'ont permis de pressentir ce que je recherchais dans le yoga.

Enfin ça a été la rencontre avec Ingrid. Yes, j'avais trouvé mon "maître", j'avais 50 ans !
L'impression de me réapproprier mon corps, de l'habiter en conscience, d'apprendre à l'écouter.
J'ai retrouvé progressivement la confiance dans mon dos, même si cela m'a pris quelques années et qu'il y a eu des rechutes ! Mais justement les crises réapparaissent quand je ne pratique pas ! Je n'ai donc pas le choix... Maintenant c'est mon dos qui me dit que j'ai besoin d'une séance de yoga. Je pratique une fois par semaine et si j'oublie, aïe mes douleurs !