Je m’appelle Edwige, j’ai 44 ans.
Après avoir pratiqué les arts martiaux traditionnels vietnamiens et de la compétition pendant 8 années, mon parcours de vie m’a amenée pour des raisons de santé à découvrir et pratiquer le yoga. J’ai découvert le yoga à travers différents styles de pratiques qui ne m’ont pas parlé dans un premier temps. Ce sont les cours d’Ingrid, qui me faisaient beaucoup de bien au corps et à l’esprit, qui m’ont décidée à persévérer et à poursuivre l’aventure. Ma pratique est devenue plus assidue à partir du moment où je me suis engagée dans la formation professorale délivrée par Ingrid. Cela fait maintenant 3 ans que je pratique le yoga.


Dans le cadre de la formation professorale, il était demandé de faire l’expérience de la vie en Ashram. Je ne connaissais pas du tout. J’avais eu quelques retours d’expériences d’autres professeurs et élèves qui s’y étaient déjà rendus avant moi. J’avais décidé de me faire ma propre idée et de ne pas prendre les expériences des autres à mon compte. Je n’avais pas d’attente particulière avant de m’y rendre et je pressentais que ce serait bénéfique pour moi. J’adore expérimenter et je me suis simplement laissée porter.

Vivre cette expérience me paraissait simplement couler de source, comme le prolongement de tout ce qui est étudié et expérimenté pendant la formation professorale de yoga. J’ai fait le choix de me rendre à l’Ashram Sivananda d’Orléans à la fin du mois de Juillet 2021 pour des raisons pratiques et organisationnelles de maman.

            Je n’ai pas été déçue du voyage. Ce qui m’a interpellée au premier abord est le calme, la paix et la communion qui règnent dans ce lieu. On peut sentir, en dépit du silence qui se dégage des lieux, une réelle présence et bienveillance. Pour moi, tout était juste. Je me sentais parfaitement alignée, comme une évidence, quelque chose de naturel. Loin des obligations quotidiennes, des bruits, des distractions, je me suis sentie apaisée et en phase avec moi-même.

Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières ni de résistances pendant le séjour. Le fait de m’extraire de la « vie de tous les jours » me permettait de me recentrer davantage sur mes besoins, ceci en dépit du rythme soutenu des journées de 6h à 22h le soir où s’enchainaient méditations, pratiques de yoga, repas, pratiques de mantras, cérémonies…

              Pendant mon séjour, j’ai eu la chance de pouvoir participer à un stage de méditation et mantras qui m’a permis d’aller encore plus loin dans ma pratique de la méditation. J’ai ressenti les effets des mantras, qui m’ont permis d’accéder à un chemin et à un état que j’avais jusqu’alors effleuré pendant mes méditations. Une sensation de nouvelles connexions qui se créent ou qui se révèlent à moi et que je pouvais désormais sentir. L’expérience des cérémonies sacrées était aussi nouvelle pour moi. L’effet des chants et des mantras y était décuplé par le groupe. Je pouvais ressentir l’unité, la cohésion dans l’atmosphère. La cérémonie lors de laquelle j’ai reçu un mantra personnel (et mon prénom sanskrit de pratiquante) était un moment hors du temps : particulièrement beau et solennel.

            Je retiens de cette expérience que je suis très sensible à mon environnement, et que la qualité de ma pratique s’en ressent. En ce qui me concerne, il est plus facile de progresser dans ma pratique dans ce type de structure (où chacun s’accorde sur le même rythme, et emprunte le même chemin) que dans la vie quotidienne. En effet, tapas et niyamas (volonté, la discipline, …) doivent être renforcés pour maintenir foi, assiduité, et ne pas se laisser dévier de son propre bien-être, de son propre chemin. Lors de ma formation et pendant mon séjour, j’ai appris à apaiser et à équilibrer mes émotions : les percevoir autrement, comme des forces, et m’en servir comme des outils dans la nouvelle vie que j’ai choisie.

                Chacun sait mieux que quiconque ce qui est bon pour lui-même. Il n’y a pas une voie unique pour trouver son chemin. Le séjour en Ashram est une des voies possibles pour expérimenter le « voyage intérieur ». Pour ceux qui souhaitent tenter l’expérience, je dirais simplement d’y aller sans attentes ou idées préconçues ; se laisser porter et peut-être, surprendre.

            Plus généralement, et dans le prolongement de ma formation, cette expérience en Ashram m’a permis de m’ouvrir à une nouvelle philosophie de vie. Cette dernière me permet de devenir le centre de ma propre vie. Désormais, je mets plus de conscience dans ce que je fais. Je me pose régulièrement des questions sur mes actions, sur mes choix, et sur leur justesse pour mon bien-être et celui des autres pour être en cohérence avec ma mission. Je me fais plus confiance et j’écoute mes intuitions.

Les mots qui me viennent spontanément à l’esprit pour résumer mon expérience seraient : Cœur, Silence, Profondeur et Unité.

Je suis heureuse d’avoir pu partager cette expérience personnelle de l’Ashram.


Namasté

Edwige